KHAWATER : C’était un certain… Feu M. Azdi_3

D’un cœur LMR, le dimanche 6 avril 2014

 

C’était un certain… Feu M. Azdi

Episode 3 :

 

Alors, comme je disais, 660 élèves …

Attends. Tu as un moment ?

 

Maintenant que la génération de notre propre cru, notre progéniture en l’occurrence occupe le devant de la scène, je reviens sur un champ lexical qui nous est désormais familier. Dyslexie, Hyperactivité, Orthophoniste, Psycho pédiatre, Concentration, Mémoire courte et tout le reste, c’est un vocabulaire que nous maitrisons tous plus ou moins, un vocabulaire très usité dans nos discussions familiales et amicales, en clair une composante intrinsèque à notre quotidien. Tu as vu la date ? On est en 2014. Moi je parle des années 70-80. Pourquoi tout ça ? Réfléchis deux secondes. C’étaient des concepts complètement inconnus, voire fictionnels, autant pour nos parents, nous-mêmes, que pour ceux qui étaient obligés de supporter toutes nos déficiences et nos travers méconnus.

 

Mon fils est ADHD (hyperactif, oui je sais que tu connais, peut être que toi aussi tu en as un), je le comprends, je suis convaincu, j’agis en conséquence et parfois je maudis le ciel de l’avoir été moi aussi dans ma prime jeunesse. Mon père n’en savait rien à l’époque, encore moins ma mère. Pourtant, on est une famille réduite, à peine trois frères. Combien on était alors au LMR ? Ah, oui, 660.

 

Certes, il pouvait faire celui qui ne voit rien, n’entend rien, ne comprend rien. Bref, quelqu’un qui passe son chemin sans déranger l’environnement complexe et compliqué dans lequel nous essayions du mieux qu’on pouvait de trouver un parfait équilibre entre nos frustrations, nos passions et nos hormones. Rappelles toi de certains, considérés plus sympathiques et plus ouverts, qu’on aimait et appréciait, parce que idiots on était, qui nous passaient en revue complètement bourrés, déconnectés de toute réalité, parce peut être vivant la même situation que nous. Que retiens-tu d’eux ? Quel message nous ont-ils laissé ? De quelle empreinte ont-ils réussi à marquer nos esprits ? RIEN. Oui, RIEN. Sinon de la pitié pour leur désarroi de l’époque. Pour être un peu indulgent, je dirais qu’ils nous ont appris que le respect se gagne et se mérite. Nous n’en avions pas, sinon très peu pour eux. Lui, on l’a hait, on l’a fustigé, on l’a insulté, on l’a craint. Mais au nom de la vérité, au nom de la mémoire, moi je le clame haut et fort, je l’ai respecté, probablement sans le savoir, mais le respect était là, peut être mêlé à une foultitude d’autres sentiments et ressentiments, mais il était, et heureusement.

 

Tu n’es pas d’accord ? Je respecte. Tu as toutes les raisons pour réfuter mes dires et t’opposer à mon opinion. Tu peux avancer son penchant pour un régionalisme aigu et son sens de l’opportunisme, il n’a pas inventé l’histoire de « deux poids, deux mesures ». Il était injuste. Oui, mais moi, j’étais très souvent idiot. Alors, comment m’attendre à ce qu’il soit juste ? Je commence par moi-même, après je considère le reste. On réclamait la perfection, l’idéal, alors qu’on faisait tout de travers. Je ne sais pas ce qu’il en est pour toi, mais moi je me suis réveillé. Juste ou pas, régionaliste ou pas, xénophobe ou pas, opportuniste ou pas, moi, mon opinion est faite. Sans lui pour veiller au grain, et moi là en train d’imposer mes idées et mes actions. Je n’ai pas envie d’avoir des cauchemars.

 

Tu connais quelqu’un qui, chaque jour que le bon dieu fait, se pointe à son boulot toujours à l’heure, astiqué comme un sou neuf, avec une énergie et un entrain égaux, sans jamais baisser les bras, sans jamais hésiter, sans jamais faillir, sans jamais nous laisser tomber.

 

Il devait bien aimer son job.

Il devait bien avoir un sentiment pour nous.

Il devait bien prendre en considération notre éducation et notre avenir.

Il devait bien nous aimer à sa manière.

 

Et pourtant, nous étions presque 660 par année….. (à suivre).

 

Signé :

1188

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Gracia Elbert (mercredi, 01 février 2017 19:10)


    Highly descriptive blog, I enjoyed that bit. Will there be a part 2?