khawater : Dortoir ou réfectoire ? A toi de voir_10

D’un cœur LMR, le dimanche 4 mai 2014

 

 

Dortoir ou réfectoire ? A toi de voir.

 

Episode 10 :

 

La caution annuelle. 200 dhs, c’était bien ce qu’on payait chaque année.

 

 

Tu as des enfants ? Ca ne te dit rien ?

 

 

Une année scolaire complète à 200 dhs (parfois moins, pour ceux qui prenaient soin de leurs affaires) ! Difficile de le croire. Huit ans de LMR avec l’équivalent de 1600 dhs. Huit années, tu te rends compte ! Nourris, logés, blanchis, éduqués, avec un panel des meilleurs enseignants que pouvait compter le pays. Difficile de se l’imaginer aujourd’hui, quand pour un petit moi de scolarité, d’un enfant, tu débourse peut être le double ou le triple. Oui, tu as compté la nourriture, l’habillement, le transport et le reste. C’est le délire. 1600 dhs. Je serais à jamais redevable à mon pays, à mon LMR, à tous ceux qui ont fait en sorte que pareille opportunité soit offerte à moi, comme à toi. Mon dieu ! L’aubaine qu’on avait.

 

Étions-nous reconnaissants ? Mon œil. Tu déchirais tout, tu détruisais tout sur ton passage. Et pour peu qu’on te dise, en face du PC, en début d’année que tu étais imputée d’une poignée de dirhams que c’était décidé. Mot d’ordre : vandalisme pour te faire rembourser les quelques centimes dont tu estimais avoir été injustement dépouillé. Alors reconnaissants ? Combien te coute le cartable de ton enfant à chaque rentrée scolaire ? Étions-nous reconnaissants ? Tu habille ton fils de bleu ou comme tu veux ? Étions-nous reconnaissants ? Il mange tes plats préférés, à savoir « Loubia » ou riz desséché ? Étions-nous reconnaissants ? Alors je t’invite à faire comme moi : jetons aux oubliettes nos ingratitudes passées, remercions du fond du cœur ceux qui ont rendu possible cette traversée. Huit ans à 1600 dhs. Franchement, à la limité de l’insensé.

 

De certains diront que la vie n’était pas chère à l’époque, et qu’avec trois fois rien du tout, on arrivait à soulever des montagnes. Si tu crois à ça, laisse-moi te dire que tu me rappelles ma défunte grand-mère. Lbaraka qu’elle disait. Sans vouloir te vexer, je crois que tu rumine encore tes ingratitudes, ou alors je n’y connais rien en économie domestique. T’ai-je demandé si tu avais des enfants ? Parce que moi, j’en ai. Lbaraka ! Ca fait quand même longtemps que j’ai compris que les contes de fées et autre père noël relevait du fantastique, tout comme Lbaraka. Je me suis réveillé, et je ne cesserais de remercier. Aveugle j’étais. En ingrat je me comportais. Le vandale je personnifiais. Imbécile, je croyais justifier.

 

 

J’ai mis un terme à ce comportement idiot, et c’est tant mieux, car si ce n’était pas le cas, comment pourrais-je comprendre mes propres enfants, comment pourrais-je bien leur inculquer le vrais sens des valeurs, comment pourrais-je leur apprendre le pardon, la gratitude, la reconnaissance, comment pourrais-je les amener à comprendre ce qu’est l’humilité, comment pourraient-ils apprendre à remercier ? Les voyages forment la jeunesse, n’est-ce pas ? Alors imagine un voyage qui aura duré huit ans. Si ca n’a pas servi à me former, c’est pathétique, et de l’Homo sapiens je ne partage que le physique.

Bref, où en étions-nous ? 200 dhs. Ah, oui ! Redevable à vie je le suis. Une question me taraude l’esprit depuis. Est-ce un modèle viable aujourd’hui ?

 

 

Devant le PC, attroupés en savourant les derniers instants de liberté, on débattait des montants que nos parents allaient débourser, et des moyens imaginés pour se faire rembourser. Et chacun y allait de ses idées, proposant des plans cons et débridés. Conclusion, de raison, nos cerveaux étaient complètement vidés. Mais que veux-tu ? L’évolution n’avait pas accès à certains, esprits réfractaires car malsains, et Sapiens finit par se perdre en chemin.

 

Tout le monde était au fait de nos plans, mais que pouvaient-ils y faire. Ce n’étaient pas eux qui allaient subir la grosse « injustice » d’être dépouillés de quelques centimes. Ils voyaient venir, et on savait ça, car leur vigilance devait être de tout moment. C’était eux le Système, c’était nous l’ennemi. Des deux côtés, aucune place au répit. Dans ce duel éternel, la victoire nous souriait rarement, et pourtant, on ne baissait jamais les bras. Tu n’abandonne jamais quand tu subis une injustice. Et nous, on la subissait le premier jour de la rentrée. Te faire plumer par le système, alors là non, ca exige réparation.

Comme on devait leur paraitre sans conscience.

 

Donc tu quitte le réfectoire, après avoir calmé ta panse. (A suivre…).

 

 Signé :

 

1188    

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Quiana Stuhr (jeudi, 02 février 2017 13:57)


    I think that what you published was very logical. However, what about this? suppose you composed a catchier title? I am not suggesting your information is not good., however what if you added a post title to possibly grab folk's attention? I mean %BLOG_TITLE% is a little boring. You could peek at Yahoo's front page and see how they create article titles to grab people to click. You might add a video or a pic or two to get people excited about everything've got to say. In my opinion, it could make your posts a little livelier.

  • #2

    Annette Sharrow (samedi, 04 février 2017 12:12)


    It is perfect time to make some plans for the long run and it is time to be happy. I've learn this post and if I may just I wish to suggest you few fascinating things or suggestions. Maybe you could write next articles relating to this article. I wish to read even more issues about it!

  • #3

    Georgetta Lipsey (samedi, 04 février 2017 22:00)


    Just want to say your article is as astonishing. The clearness in your submit is simply excellent and i could suppose you are an expert in this subject. Well along with your permission let me to snatch your feed to stay up to date with approaching post. Thanks 1,000,000 and please carry on the enjoyable work.

  • #4

    Darlene Ogilvie (dimanche, 05 février 2017 07:32)


    We stumbled over here by a different website and thought I may as well check things out. I like what I see so i am just following you. Look forward to looking over your web page repeatedly.